En cette nouvelle année, il est temps de prendre un petit pas de recul sur nos cabinets de conseil en stratégie préférés. Après tout, quelles sont les raisons qui expliquent leur prestige ?

McKinsey, Bain ou BCG ne sont pas les cabinets de conseil les plus gros du monde mais sûrement les plus prestigieux. En effet, Deloitte, Accenture, IBM Global Services sont bien plus gros en termes d’effectifs et possèdent un spectre d’interventions parfois légèrement similaire (IT et conseil en management).

De notre point de vue, il y a quatre facteurs qui expliquent le positionnement de ces cabinets de consulting :

  1. Ils servent les dirigeants des plus grandes entreprises et institutions mondiales. Il est en effet rare de trouver un CEO qui n’a jamais acheté de prestation de conseil chez un de ces cabinets de conseil en stratégie. Comme on dit dans le milieu, quitte à se planter, mieux vaut se planter avec McKinsey
  2. Leurs Alumnis sont partis à des postes clés dans l’industrie, les gouvernements,… Les carrières sont belles après le conseil mais il faut reconnaître que le conseil en stratégie est un véritable accélérateur de carrière. Les alumnis se retrouvent généralement à des postes clés et perpétuent l’excellence du réseau – et ils viendront à leur tour acheter des missions !
  3. Ce sont les recruteurs les plus sélectifs – Seule une minorité des meilleures écoles et universités parvient à accéder au métier de consultant
  4. Ils payent le mieux – Compte tenu des niveaux de facturation et de marge du conseil en stratégie, leurs consultants sont les mieux payés de la profession

Afin que le modèle soit pérenne, le conseil en stratégie à tout intérêt à rester sélectif pour attirer les meilleurs profils, qu’ils vendront à prix d’or aux top CEOs de la planète pour ensuite les rémunérer plus que convenablement.

Cependant, contrairement à ce que l’on peut imaginer, la reconversion après le conseil n’est pas si facile. Le plus souvent, ce n’est pas tant un problème de marché de l’emploi que d’envies personnelles. Le conseil vous aura donné une exigence à la fois en termes de challenges intellectuels mais également en termes de rémunération. Vous ne serez donc pas prêt à postuler au premier poste venu.

De plus, après 3 ou 7 ans de conseil en stratégie, vous saurez probablement résoudre n’importe quel type de problématique business sans pour autant avoir développé de véritable expertise. Ce sera souvent un point discriminant pour vous recaser (il n’est donc pas surprenant que beaucoup de consultants partent dans des fonds d’investissements).

Faire du conseil en stratégie c’est presque continuer sa formation en sortie d’école. Sortir du conseil, revient à se spécialiser et donc faire un choix d’orientation – c’est plus difficile qu’il n’y parait !

Article precedent

Tutorial Excel #11 – Les Fonctions Vectorielles

Prochain article

Uber, Google, Facebook, Amazon et leur culture du case study

2 Commentaires

  1. Mehdi
    7 mai 2017 à 5 h 58 min — Répondre

    Bonjour,

    J’ai trouvé cet article pertinent car je suis intéressé par le Conseil aux Entreprises.

    Par ailleurs, je viens tout juste de recevoir le Siret de mon auto entreprise.

    Sauriez -vous m’aviser sur comment bien débuter ?

    Bien à vous,

    • Photo du profil de Le Consultant
      11 mai 2017 à 10 h 04 min — Répondre

      Bonjour,

      Je ne suis pas certain de comprendre votre question, pour vous lancer en freelance mieux vaut avoir une expérience préalable. Si vous avez une expérience de conseil en stratégie, des organismes peuvent vous aider à trouver des missions (je pense notamment à One Man Support qui est très sérieux et de qualité).
      Si vous n’avez pas d’expérience, vous pouvez postuler dans le conseil pour y travailler en tant que salarié (dans ce cas je vous invite à lire nos articles sur la préparation aux entretiens)

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *